"; } ?>

Séminaires de droit politique > séminaire 4 : Doit-on transpose

séminaire 4 : Doit-on transposer le modèle du régime mixte aux démocraties contemporaines ?

7 février 2011

Avec la participation de :

  • Denis BARANGER, Professeur à l’Université Panthéon-Assas Paris II, modérateur des débats
  • Armel LE DIVELLEC, Professeur à l’Université Panthéon-Assas Paris II
  • Ran HALÉVI, Directeur de recherche au c.n.r.s.
  • David MONGOIN, Professeur à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne
  • Carlos-Miguel PIMENTEL, Professeur à l’Université Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines,
  • Philippe RAYNAUD, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas
>> Lire la version texte du séminaire

Les axes de réflexion du séminaire

Une analyse en termes de droit politique autorise à réveiller des notions anciennes pour les confronter à notre temps. On ne parle plus guère de gouvernement mixte dans le droit constitutionnel contemporain. Est-ce à bon droit ?

Le séminaire s’articule autour de deux séries de questions :

1) Que signifiait le gouvernement mixte dans le droit politique classique ?

Que recouvrait-il (une prise en compte par les institutions politiques de « la société », de différentes formes de propriété, de la diversité des membres du corps politique) ?

Était-il une solution archaïque au problème constitutionnel, ou au contraire une manière habile de prévenir la guerre civile dans des sociétés marquées par la diversité sociale et confessionnelle ?

2) Faut-il raisonner en termes de gouvernement mixte pour comprendre les régimes politiques contemporains ?

La nature démocratique de nos régimes implique-t-elle la négation de toute prise en compte de la diversité des conditions ? Nos régimes contemporains sont-ils « secrètement » mixtes, au sens où la constitution prendrait en considération les intérêts économiques (des entreprises, des détenteurs de capital, des salariés…) sans pour autant que cette prise en considération soit nécessairement explicite ?

Ou bien nos démocraties auraient-elles transposé institutionnellement cette vieille idée du gouvernement mixte en lui enlevant sa consistance sociologique initiale ? Quels effets cela comporte-t-il ? Tempère-t-on la démocratie ou la confisque-t-on ? La représentation politique est-elle une manière de réintroduire l’élitisme dans le cadre de la légitimité démocratique ? Si tel est le cas, faut-il interpréter, par exemple, le régime américain ou le régime britannique contemporains comme des formes de « gouvernement mixte institutionnel » cohabitant avec le principe démocratique ?

Les documents de travail

POLYBE, Histoires, livre VI, extraits : « Les institutions politiques de Rome »

    Source : Polybe, Histoires, livre VI, texte établi et traduit par Raymond Weil avec la collaboration de Claude Nicolet, Paris, Les Belles Lettres, collection des universités de France (assoc. G. Budé), 1977, pp. 85-94.

Thomas HOBBES, De Cive, 1642, chap. VII (Des trois sortes de gouvernement, démocratique, aristocratique et monarchique), § 4.

    Source : T. Hobbes, Le Citoyen ou les Fondements de la politique, trad. de Samuel Sorbière, Paris, GF-Flammarion, 1982, pp. 169-170.

CHARLES Ier, « The king’s Answer to the Nineteen Propositions », 18 June 1642.

    Source : J. P. Kenyon (ed. and introduction), The Stuart Constitution, 1603-1688. Documents and commentary, Cambridge University Press, 1986, pp. 18-20.

William BLACKSTONE, Commentaries on the Laws of England, Book i « Of the Rights of Persons », 1765, Introduction, section ii « Of the Nature of Law in General », extraits.

    Source : A facsimile of the First Edition of 1765-1769, University of Chicago Press, 1979, vol. i, with an Introduction by Stanley N. Katz, pp. 48-52.

James MADISON, The Federalist papers, n° 10, Nov. 22, 1787

    Source : Alexander HAMILTON, James MADISON, John JAY, The Federalist papers, The definitive edition and historic essay by …, fully annotated and reproduced from the original newspaper texts, ed., with Introduction and Notes by Jacob E. Cooke, Wesleyan University Press, 1961, pp. 56-65.

Alexis de TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, 1835, partie II, chapitre VII, extraits sur la « Tyrannie de la majorité »

    Source : Bilingual edition, ed. by Eduardo Nolla, translated by James T. Schleifer, Indianapolis, Liberty Fund, 2009, 4 vol., vol. II, pp. 411-412.

Charte constitutionnelle du 4 juin 1814, extraits

    Source : Stéphane Rials, Textes constitutionnels français, Paris, PUF, Que sais-je ?, 18e éd. 2003, pp. 47-53.

Georges Burdeau, « La conception du pouvoir selon la Constitution du 4 octobre 1958 », Revue française de science politique, 1959 (9e année), n° 1, pp. 87-100.

Les pod-cast

séminaire 4 - première partie
IMG/mp3/110207_partie1.mp3
séminaire 4 - seconde partie
IMG/mp3/110207_partie2.mp3

Pour citer cet article :

http://droitpolitique.com/spip.php?article24
Télécharger le podcast
séminaire 4 - première partie (48 Mo)
Télécharger le podcast
séminaire 4 - seconde partie (45.5 Mo)

www.droitpolitique.com / Encyclopédie de droit politique
Webdesign : Abel Poucet / Création graphique : Catherine Szpira